Matthieu Weber, promo 93, est Directeur Administratif et Financier pour Nestlé Grande-Bretagne/Irlande. Retour sur une carrière professionnelle qui dure depuis près de 30 ans entre Matthieu et le Groupe Nestlé !

 

Matthieu, quel parcours ! Raconte-nous.

Tout a commencé avec le stage de fin d’études dans le Groupe Perrier qui venait d’être racheté par Nestlé. La nouvelle entité Nestlé Waters cherchait des jeunes pour aider les filiales à s’intégrer à la multinationale suisse et je suis parti 2 ans faire mon service militaire en VSNE (Volontaire au Service National Entreprise) au Royaume-Uni. Je n’avais jamais pensé à partir travailler à l’étranger mais cette expérience m’a donné goût à la mobilité internationale. Je suis rentré au siège du groupe à Paris pour 7 ans en audit et contrôle de gestion international puis l’opportunité de bouger est venue. Nous sommes repartis en famille vivre aux USA, Italie, Canada, Allemagne et nous sommes de retour en UK depuis 1 an. Ce parcours m’a permis d’acquérir les compétences financières nécessaires pour arriver au poste que j’occupe aujourd’hui.

Ton poste fait rêver, peux-tu nous donner les qualités indispensables pour réussir dans ton métier ?

Pour réussir en Finance, il faut une solide rigueur analytique, mais cela ne suffit pas. Il faut savoir convaincre avec des messages clairs, avoir une capacité à manager des équipes parfois plus spécialisées que vous sur un domaine spécifique. Enfin, il faut savoir travailler avec différentes cultures et différentes fonctions pour engager les équipes vers un objectif commun.

Concernant ton implication dans les choix stratégiques de l’entreprise, quel rôle joues-tu ?

Chez Nestlé, le DAF est le garant de la bonne gestion du portefeuille produits de l’entreprise, il est donc au cœur de la stratégie de l’entreprise. En ce sens, je suis jugé sur ma capacité à saisir des opportunités sur les marchés, que ce soit en acquisition ou en cession d’activités. Il faut avoir le courage de ses actes et savoir convaincre la direction qu’il faut céder une activité que nous ne pouvons plus soutenir pour lui offrir un meilleur avenir. Par conséquent, le DAF est impliqué dans toutes les décisions clés de l’entreprise. Je suis constamment en train de challenger les équipes sur la stratégie de l’entreprise et je suis également tout le temps challengé par ma direction ! Cela fait partie du job !

Qu’est-ce que tu aimes dans ton métier ?

Ce qui me plaît dans mon métier, c’est surtout d’avoir pu l’exercer à l’international ! C’est toujours un plaisir de découvrir une nouvelle langue, une nouvelle culture, de nouveaux codes, aussi bien au travail que dans la vie de tous les jours. Cela peut être une contrainte pour ma famille, mais nous avons toujours décidé ensemble de vivre en expatriation et nous avons été soutenus dans nos choix. Ensuite, le métier est très varié et pas une journée ne ressemble à une autre. Je travaille en UK avec 14 entités de business telles que Nespresso, les eaux en bouteille, la santé, le chocolat, le lait en poudre, les aliments pour animaux, etc. Donc, mon métier est passionnant, mais travailler à l’international le rend encore plus plaisant !

Quels conseils pourrais-tu donner aux jeunes aujourd’hui ?

En entreprise, je leur dis de bien observer les process et les leaders. Il ne suffit pas de bien faire son job pour se démarquer, l’observation permet de prendre les bonnes initiatives et de faire les bonnes propositions. Les entreprises sont loin d’être parfaites et doivent constamment s’adapter, il ne faut pas hésiter à se lancer dans des projets ou bien à proposer des solutions plus efficaces. C’est la capacité d’entraîner le changement qui compte et c’est important de comprendre cela dès le début de sa carrière.

Enfin, la question que tout le monde attend, quel est ton meilleur souvenir de l’ESCC ?

Pour ma part, j’ai plein de bons souvenirs dans cette école ! L’ambiance de promo, les camarades qui sont devenus des amis jusqu’à aujourd’hui. L’ESC Compiègne pour moi, ce fut une très bonne école de vie. Les liens tissés avec les anciens sont très forts et ce, malgré le fait d’être à l’étranger. Enfin, comment ne pas parler de la vie associative ! C’était vraiment des moments de partage, d’échange et d’apprentissage à part entière dans la formation.

 

Un grand merci Matthieu pour cet échange très riche et intéressant ! Le prochain sera en anglais !