Eric REVERBERI, promo 1991

mercredi 7 avril 2021 - Alumni / Témoignages / Vie de l'École

Éric Reverberi, promo 91, est Senior Project Manager chez Total. Entre choix et opportunités, retour sur sa carrière professionnelle qui dure depuis presque 30 ans au sein du groupe Total !

 

Parlenous de ton parcours, Éric.

Mon diplôme en poche, je n’avais pas envisagé que je ferai autant de chemin dans ce groupe… J’étais alors intéressé par le monde de l’automobile et le secteur de l’industrie. En postulant à une offre de commercial chez Total, j’ai pu concilier les deux. Mon premier job était en effet de vendre des lubrifiants à des professionnels de l’automobile.

De plus, dans les années 90, la compagnie pétrolière Total commençait sa transformation pour devenir le groupe multi-énergies mondialement connu d’aujourd’hui. Pouvoir être acteur de ces grands changements a été et reste réellement passionnant.

J’ai aussi retrouvé dans cette société des valeurs qui me sont chères, comme le respect de l’autre ou la force de la solidarité, et je ne ressentais pas le besoin d’aller « voir ailleurs ».

Et puis, en retour d’un engagement toujours fort, et surtout constant, de belles opportunités se sont offertes. J’ai ainsi pu exercer 6 différents métiers où je me suis éclaté, en travaillant notamment dans le business B2B, le management de comptes-clés, l’identité visuelle ou encore dans l’univers du marketing sportif.

Quelles sont tes plus belles victoires professionnelles ?

J’en ai trois. La première, c’est d’avoir réussi à développer et implémenter une gouvernance des activités de sponsoring sportif dans le groupe. Grâce à la clarification de la stratégie, la mise en place de guidelines et en définissant un processus clair de validation. C’est une de mes plus belles victoires car avant cela, les décisions concernant le sponsoring pouvaient être prises sans concertation préalable et sans prise en compte de la nouvelle stratégie définie.

La seconde, c’est lorsque nous avons réussi l’opération en 2013 avec Peugeot Sport, Red Bull et Sébastien Loeb. L’objectif était que Seb, au volant d’une Peugeot 208 T16 bodybuildée, batte le record de la montée de Pikes Peak (USA) et ses 156 virages. Record pulvérisé de plus d’1 minute 30 ! Ce fut très prenant et stressant, mais cela reste parmi mes plus beaux souvenirs.

Enfin, l’un des plus beaux succès fut lorsque nous avons réussi à renouveler, en 2010, nos accords de partenariat avec le Groupe PSA, en négociant pour la première fois avec la Direction des Achats que PSA avait récemment créée. Les discussions ont été âpres mais l’issue favorable de la négo et la signature des contrats ont été importantes pour moi et pour la marque.

Quels conseils peux-tu donner aux jeunes qui hésitent à poursuivre les études ?

C’est important de croire aux valeurs de l’apprentissage et ça, l’école l’a bien compris avec cette offre de formation 100% en alternance. C’est un réel avantage, à la fois pour les jeunes et les entreprises qui prennent des alternants.

Je pense par ailleurs que poursuivre des études jusqu’au BAC+5 offre plus d’opportunités professionnelles, comme notamment le fait de pouvoir prétendre au statut cadre (pour ma part, c’est une des raisons qui m’a fait aller jusqu’au BAC+5).

Ensuite, je dirais que cette perspective de formation permet également d’approcher plus facilement des entreprises de toutes tailles et de tous secteurs, tout en favorisant aussi l’apprentissage en mode projet. C’est une notion très recherchée dans les entreprises aujourd’hui.

Quel est ton meilleur souvenir de l’ESCC ?

Il y en a tellement ! N’en citer qu’un serait trop injuste ! Mon meilleur souvenir, ce sont clairement mes 3 années passées à l’école ; j’ai fait de très belles rencontres, dont ma femme, et beaucoup de personnes avec lesquelles j’ai gardé contact. Nous avons aussi appris à développer un esprit de « guerrier » ; nous étions parmi les premières promos donc tout était à construire, y compris l’image de l’école.

Nous avons dû batailler pour faire notre place. Je me souviens également que malgré la jeunesse de l’école, nous avions de bons profs, dont quelques spécimens ! Je garde bien sûr un excellent souvenir de la vie associative car nous avons appris à travailler ensemble en mode projet et à développer un esprit commercial, notamment quand nous devions aller trouver des sponsors pour financer nos événements. On peut dire que c’était l’école de la vie !

Enfin je finirai en disant que le « renouveau » de l’école depuis la prise de fonction d’Odile Gonzalez est vraiment remarquable. L’ancrage dans le tissu économique local fait la force du réseau de partenaires de l’école aujourd’hui. On ressent un vent de fraîcheur et une image de qualité au travers de l’enseignement proposé, donc un grand bravo aux équipes pour tout ce travail !

 

Merci beaucoup Eric, pour ce témoignage très intéressant.

Partager
ESCC-Logo-2021-negatif-200

REJOIGNEZ-NOUS

ÊTRE RAPPELÉ  Etre rappelé

CONTACTEZ-NOUS

Ecole Supérieure de Commerce
de Compiègne
66 avenue de Landshut
Centre de Transfert de l'UTC
60200 Compiègne

03 44 23 88 79

Mentions légales
Politique de Confidentialité